• Les cessions immobilières qui interviennent entre le 1er septembre 2013 et le 31 août 2014 bénéficient pour la détermination de la base imposable à l'IR d'un abattement exceptionnel de 25%. Cette mesure prend donc fin pour les cessions réalisées à compter du 1er septembre 2014.

    L'imposition des plus-values immobilières à l'IR : de nombreux changements ces dernières années

    3 modalités d'imposition des plus-values immobilières à l'impôt sur le revenu se sont succédées entre 2012 et 2014. Dans ces 3 cas, la plus-value est imposable à l'IR au taux de 19% (+15,5% de prélèvements sociaux depuis le 1er juillet 2012). Les modifications ont à chaque fois concerné les modalités de détermination de l'abattement pour durée de détention.

     

    Période de cession

    Modalités de détermination de la plus-value nette

    Cessions intervenues avant le 1er février 2012

    • Abattement pour durée de détention : 10 % par an au-delà de la 5ème année de possession (exonération totale au bout de 15 ans de détention).
    • Abattement fixe de 1.000 €.

     

    Cessions intervenues  entre le 1er février 2012 et le 31 août 2013

    Suppression de l'abattement fixe de 1.000 €.Abattement pour durée de détention :
    • 2% pour chaque année de détention au-delà de la 5ème année,
    • 4% pour chaque année de détention au-delà de la 17ème année,
    • 8% pour chaque année de détention au-delà de la 24ème année.

    Exonération totale au bout de 30 ans de détention.

     

    Cessions intervenues à compter du 1er septembre 2013

     

    Terrains à bâtir : idem régime précédentAutres biens immobiliers : Abattement pour durée de détention
    • 6 % pour chaque année de détention au-delà de la 5e et jusqu'à la 21e
    • 4 % au terme de la 22e année de détention (soit une exonération d’IR au bout de 22 ans).

     

    Pour les prélèvements sociaux : exonération toujours au bout de 30 ans.

    L'abattement pour durée de détention est de 1,65 % pour chaque année au-delà de la 5e et jusqu'à la 21e, 1,60 % pour la 22e année de détention et 9 % au-delà.

     


    votre commentaire
  • Une formation en immobilier possible à la session de votre choix, dès l'émission de votre volonté de nous rejoindre, il suffit de nous contacter.

    Faire de l'immobilier depuis votre domicile à votre compte, vous en avez toujours rêvé.

    Le Groupement Immobilier, avec ses 30 années de professionnalisme et de sérieux, vous apporte tous les outils marketing et juridique ainsi que toute la formation pour votre réussite.

    Siège_GROUPEMENT_IMMOBILI ER

    La formation en immobilier s'étoffe à chaque session avec des consultants toujours proches de vous. Les sessions d'intégration ont lieu fin Août (dates à définir, sur une semaine) et au mois de Septembre 2014.

    Vous réalisez des transactions immobilières - Zone d'exercice sur secteur du candidat - Outils de communication et de gestion performants et adaptés - Méthodes Commerciales Intelligentes - Formations au centre et sur le terrain

    Notre responsable développement et recrutement reste à tout moment à votre écoute pour répondre à l'ensemble de vos questions.

    Débutant(e) accepté(e) si profil commercial - Professionnels(les) de l'immobilier bienvenus(es), chaque profil trouve son bonheur tant qu'il est motivé et possède une approche commerciale.

    Notre plateforme dédiée au recrutement vous éclairera en peu plus, via des témoignages et une présentation du siège social.

    Le statut auto entrepreneur immobilier est possible.

    Quelque soit votre âge, avec Le Groupement Immobilier vous avez toutes vos chances !
    Contactez nous pour une présentation du concept en région ou à notre siège social à Montpellier.

    Sinon, laissez-nous un message! ou téléphonez-nous au 04.67.58.45.78.

    Cordialement, l'équipe de Groupement Immobilier


    votre commentaire
  • Le mandat exclusif, une aide certaine dans le processus de vente

    1. Offrir une palette de services immobiliers « premium »

    Offrir une palette de services dans le cadre des mandats exclusifs permet :

    1. Se différencier des autres agences
    2. Rassurer les propriétaires sur vos capacités
    3. Justifier le caractère exclusif du mandat

    Si le service proposé est un véritable service « premium », alors le propriétaire choisira naturellement ce service, d’autant qu’il est en général au même prix (même taux) que le mandat simple. Qui voyagerait en seconde classe si la première classe était au même prix ?

    Donc ici, vous pouvez mettre en avant les services d’inter-agence, et faire comprendre que le processus de vente sera accéléré donc la vente également. De plus, mettez en avant l’étude approfondie du bien, et les cibles potentielles que vous pouvez toucher au travers d’une étude de marché.

    Cette étude vous permettra de rédiger une annonce captivante et qui attirera une cible qualifiée.

    2. Faire valoir ces services premium dès le premier rendez-vous

    La sagesse populaire nous dit 2 choses :
    « Les paroles s’envolent, les écrits restent »
    « Un dessin vaut mieux qu’un long discours »

    Ces 2 principes s’appliquent à l’agent immobilier qui rencontre des propriétaires vendeurs et souhaite obtenir d’eux un mandat exclusif. Les plaquettes ou flyers sont le moyen le plus simple, le plus facile et le plus efficace pour présenter ces services

    Enfin, donnez une fiche récapitulative du bien visité (ADAPTIMMO => Fiches => Fiche +), à remettre de toute urgence à chaque visiteur, et montrez un exemplaire à vos propriétaires pour leur expliquer votre façon de travailler.

    3. Présentez les avantages de l’exclusivité pour le vendeur :

    Nous l’avons vu pendant la formation mais un petit rappel :

    Expliquez aux propriétaires que le mandat exclusif est le contrat qui est le plus avantageux pour lui.

    La vente est plus rapide : Le délai moyen de vente sur un mandat exclusif est plus court de 55 jours en 2014.

    Mais aussi : Parlez des inconvénients ! En effet, plusieurs mandats pour un même bien, ce sont des dizaines d’annonces pour le même bien sur le même site diffuseur d’annonces, …

    Vous pourrez prendre de superbes photos ? Ce serait bête qu’un autre agent commercial salisse votre travail à cause de photos moins bien prises, nous ne sommes jamais mieux servis que par nous-mêmes…

    Les variations de prix, les estimations peuvent être différentes selon les agents commerciaux, inutile de vous dire que ça va semer le trouble d’entrée de jeu chez le propriétaire, rien de pire pour entamer des relations.

    Conséquences directes : Les relations agent-propriétaire seront plus distantes, et il nous semble que le métier d’agent commercial immobilier est axé sur le relationnel et la proximité non ?

    4. Faire parler vos anciens clients

    Avant de vous confier un mandat exclusif, un propriétaire devra se sentir en confiance.
    Pour le mettre en confiance, rien n’est plus efficace que les témoignages de vos anciens clients, surtout s’ils sont certifiés par un organisme extérieur et neutre. Donc donnez des numéros, parlez de vos ventes précédentes…

    5. Etre convaincu de l’intérêt financier du mandat exclusif

    Une étude menée auprès de 1.000 agences immobilières a permis de déterminer les 2 valeurs suivantes :

    • Le taux moyen de réussite sur un mandat exclusif : 65%
    • Le taux moyen de réussite sur un mandat simple: 20%

    Si nous prenons comme exemple une commission de 6.000€HT, ces chiffres signifient :

    • Qu’un mandat exclusif me rapporte en moyenne : 3.900 €HT
    • Qu’un mandat simple me rapporte en moyenne : 1.200 €HT

    Donc, en moyenne, un mandat exclusif me rapporte 2.700 €HT de plus
    Investir 10, 50, 100 voir 200€ pour obtenir des mandats exclusifs est donc le meilleur investissement que puisse faire mon agence !

    6. Avoir 100% de mandats exclusifs, c’est possible, sur tous les secteurs et tous les segments de marché.

    Conclusion :
    Avec de la méthode, de la volonté, de la confiance, une palette de services premium et des témoignages d’anciens clients, tout agent immobilier peut viser 100% de mandats exclusifs.
    Chez Groupement Immobilier, nous travaillons à chaque session de formation pour améliorer nos méthodes commerciales et vous pousser vers l’exclusivité.


    votre commentaire
  • Le réseau de mandataires immobiliers Groupement Immobilier met tout en oeuvre pour accompagner ses adhérents dans la gestion de leur visibilité sur le web.

    L’innovation et la formation figurent parmi les piliers sur lesquels s’appuie le concept Groupement Immobilier. C’est pourquoi le réseau cherche en permanence à exploiter de manière optimale toutes les possibilités offertes par internet pour assurer à ses mandataires le maximum de visibilité.

    Cela passe notamment par une bonne utilisation des réseaux sociaux. Pour Groupement Immobilier, ce canal représente un plus, voire une réelle alternative, à la diffusion d’annonces sur les portails spécialisés. Aussi, le réseau a chargé son pôle Communication de produire des tutoriaux intuitifs à destination de ses mandataires afin de leur permettre de maîtriser l’utilisation des principaux réseaux sociaux.

    Véritables outils au service de leur visibilité web, ces guides de bonnes pratiques permettent aux conseillers indépendants de développer leur notoriété et de diffuser largement leurs annonces. 
    C’est entre autres cet accompagnement permanent qui séduit les entrepreneurs souhaitant exercer une activité immobilière et les convainc d’intégrer le réseau Groupement Immobilier. 


    votre commentaire
  • 2ÈME TRIMESTRE 2014 : LES PREMIERS SIGNES D’UNE REPRISE DE LA DEMANDE IMMOBILIÈRE

    Au deuxième trimestre 2014, les français expriment un regain d’intérêt pour le marché immobilier. Cette reprise, relevée par l’Observatoire du Moral Immobilier piloté par le portail d’annonces immobilières Logic-Immo.com, marque une rupture après une succession de quatre trimestres placés sous le signe de la morosité et laisse présager une reprise de la demande immobilière sur les mois à venir.

    En effet, 500 000 nouveaux acquéreurs ont rejoint le marché au deuxième trimestre 2014, soit une augmentation de 20% par rapport à la même période en 2013. Un indicateur au vert complété entre autres par l’attractivité des taux d’intérêt, un contexte économique jugé moins hostile et une relative stabilité des prix.

    « La photographie du moral immobilier des Français en ce deuxième trimestre semble annoncer une embellie car les acheteurs sont de retour et ils sont 61% à penser que c’est le moment d’acheter. Mais si l’envie est là, ce nouvel élan pourrait être freiné par les difficultés d’obtention de crédit ainsi que par d’éventuelles lenteurs induites par la loi ALUR. » souligne Cyril Janin, Directeur Général de Logic-Immo.com et porte-parole de L’Observatoire du Moral Immobilier.

    L’ENVIE D’ACHETER EST DE RETOUR

    Les résultats de la 13ème vague 2014 de l’Observatoire du Moral Immobilier laissent présager une reprise de la demande sur les mois à venir. En effet, après avoir boudé le marché pendant près de quatre trimestres, 500 000 acquéreurs ont rejoint le marché immobilier au deuxième trimestre 2014. Ceci a ainsi permis de retrouver un équilibre entre l’offre et la demande semblable à celui de 2012.

    Visuel1

    L’OPINION DES ACQUÉREURS

    Ce retour des acquéreurs se conjugue avec une perception favorable des conditions d’achat : 61% pensent que c’est le moment d’acheter. Rappelons qu’ils n’étaient que 38% à partager cette opinion au deuxième trimestre 2012, juste avant que les ventes ne basculent à la baisse. Cette confiance pourrait se traduire rapidement par une augmentation du volume des transactions immobilières dans les mois à venir car pour 61% des acheteurs, leur projet pourrait se concrétiser d’ici la rentrée prochaine.

    Visuel2

    DÉCRYPTAGE DES RAISONS DU RETOUR DES ACQUÉREURS

    Le ressenti d’un contexte économique moins hostile et une indifférence quant à la vie politique.

    L’étude révèle que la perception des acheteurs sur le contexte économique futur leur semble légèrement moins sombre et devient plus propice à une acquisition. Certes, si 1 acheteur sur 2 s’attend toujours à une dégradation du contexte économique, c’est déjà 18% de moins par rapport au 2ème trimestre de l’année dernière où ils étaient 68% à partager cette vision morose. Aussi, même s’ils ne sont pas encore convaincus par la possibilité d’un rebond du niveau de vie en France, ils sont à l’heure actuelle 46% à croire en une stabilisation du contexte économique.

    Dans un autre registre, l’étude révèle une forte indifférence en ce qui concerne l’incidence de l’actualité politique récente dans leur projet immobilier. En l’occurrence, seuls 20% des acquéreurs immobiliers considèrent que le changement de gouvernement au deuxième trimestre 2014 pourrait avoir un impact sur leur projet. Parmi eux, 3 personnes sur 4 estiment que cet impact est négatif.

    Visuel3

    Une perception de taux d’intérêt toujours attractifs couplée à l’impression d’une stabilité des prix

    Après avoir atteint des niveaux historiques courant 2013, les taux d’intérêt se maintiennent actuellement à des niveaux très attractifs. Les acquéreurs immobiliers sont sensibles à cette bouffée d’air sur leur pouvoir d’achat immobilier. Ainsi, 62% des candidats à l’accession estiment que les taux sont attractifs au deuxième trimestre 2014. À noter qu’ils étaient encore plus nombreux à partager cet engouement à la même période l’année dernière (76%) surpris par la dégringolade des taux à des niveaux historiquement bas. Un enthousiasme dans la perception des taux d’intérêt qui contraste fortement avec 2012 où ils n’étaient que 25% à les considérer comme attractifs.

    Côté prix, au deuxième trimestre 2014, près de la moitié des acquéreurs immobiliers (46%) s’attend à une stabilisation de la valeur des biens. Désormais, seuls 39% espèrent une décote des prix immobiliers, or ils étaient 59% en 2013. De plus, parmi ceux qui prévoient une correction des prix, un sur deux estime qu’elle ne dépassera pas 5%.

    Visuel4

    « Si au deuxième trimestre 2013, les acheteurs étaient nombreux à s’attendre à une baisse franche de la valeur des biens, aujourd’hui ils sont nettement moins nombreux à y croire. Ils refusent ainsi de retarder leur acquisition pour une hypothétique baisse des prix qui devrait rester modeste d’après leur propre ressenti », rappelle Stéphanie Pécault, Responsable études pour L’Observatoire du Moral Immobilier.

    Une quête du bien perçue comme moins fastidieuse

    La recherche d’un bien immobilier est bien souvent perçue comme un parcours semé d’embûches. Cette quête d’un bien est complexe et personnelle à chacun selon son budget, ses motivations, ses critères, ses attentes, son vécu… face à une multitude de biens, neufs et anciens, qui ne se ressemblent pas.

    Aussi, en 2011, à l’heure de l’euphorie immobilière, les acquéreurs se sentaient parfois découragés par le manque de biens disponibles et les lenteurs pour trouver le logement de leurs rêves. Au deuxième trimestre 2014, leur regard a changé. Face à l’offre actuelle, ils se sentent moins limités dans leur choix que ces trois dernières années. En effet, au deuxième trimestre 2014, s’ils sont encore 49% à trouver le choix de biens restreint, rappelons qu’ils étaient 61% à partager cette perception en 2011. « La prise de conscience de la chute historique des taux d’intérêt et l’impression de stabilité des prix donnent aux futurs acquéreurs le sentiment d’avoir une plus importante marge de manœuvre » souligne Cyril Janin.

    Quant aux délais estimés pour trouver leur bien, 54% d’entre eux estiment qu’ils sont encore trop longs alors qu’ils étaient 70% il y a 3 ans.

    Un bémol : des inquiétudes quant à l’obtention du dossier de crédit

    En effet, même si les taux de crédit restent très attractifs, les rendant plus facilement solvables, les acquéreurs ont le sentiment que les conditions d’octroi de crédit sont toujours très restrictives.

    Ainsi, ils sont 52% à penser que les crédits restent difficiles à obtenir au deuxième trimestre 2014 contre 48% un an plus tôt.

    Cette perception est d’autant plus ancrée dans l’état d’esprit des futurs acheteurs qu’au deuxième trimestre 2014, ils sont 82% à ne pas constater d’amélioration de leur situation financière personnelle.

    Visuel5

    de Logic-Immo


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique