• votre commentaire
  • Situé au coeur de la Médina de Marrakech et à proximité de tous les lieux "indispensables" pour séjourner ici, le Riad Amiris vous offrira des moments inoubliables.

     

    Véritable bijou d'architecture, composé de six chambres, adaptées à tous (couples, familles,...) et dotées de tout ce dont vous avez besoin (salle de bain privée, accès internet Wi-Fi, climatisation, chauffage et sèche-cheveux), votre expérience marocaine sera magique.

     

    Les Chambres : 

    • Chambre des fleurs
    • Chambre des étoiles
    • Chambre de l'arbre
    • Chambre du Soleil
    • Chambre des coeurs
    • Chambre des oiseaux

    Les services sont eux aussi incroyables, tant en quantité qu'en qualité. Outre la gastronomie locale servie dans les règles de l'art, vous apprendrez la cuisine Marocaine via des cours, le hammam est aussi présent, des excursions sont possibles et pour touts, entrepreneurs, familles, la WiFi est disponible partout dans l'hôtel.

    Une réduction de 30% est effective pour tous les agents du Groupement Immobilier, pour une nuit ou pour la vie :-)

    Plus d'informations : http://www.riad-amiris.com


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • <script>!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?'http':'https';if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+"://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");</script>

    votre commentaire
  • Christine Pelosse, fondatrice de Homelike Home, agence de chasse immobilière basée à Paris, présente les spécificités d’un métier qu’elle a largement contribué à développer en France.

    Le terme de « chasseur immobilier » par lequel on vous désigne vous convient-il ?

    Christine Pelosse : Le terme de « dénicheur » correspond plus car « chasseur » n’a pas une connotation très positive ; mais c’est l’appellation courante, ou alors « chasseur d’appartements ».

    Comment fait-on pour « dénicher » un logement ?

    C. P. : Pour dénicher un logement, quand on a le temps et que l’on habite sur place, ce n’est pas un problème en soi. En revanche, lorsque l’on manque de temps ou que l’on n’habite pas la ville dans laquelle l’on a envie d’acquérir un bien, c’est toujours assez compliqué. Parce qu’il faut bien connaître le marché, la manière dont il fonctionne, chaque ville ou quartier ayant ses spécificités. Ce dont on s’est aperçu, c’est que souvent à Paris, pour les familles avec enfants ou les cadres, chercher un logement revenait à un vrai parcours du combattant faute de temps, avec des horaires inadaptés.

    Vous est-il arrivé de ne pas trouver ce que l’on vous demandait de chercher ?

    C. P. : Nous n’avons pas 100 % de réussite, c’est impossible. En fait, il y a plusieurs choses. Le premier point, essentiel quand on rencontre notre client, c’est de définir son cahier des charges. Le premier entretien dure au moins une heure et demi et sert à la définition de ses critères, pour bien comprendre ce qui sera rédhibitoire ou non. Ensuite, il faut que le budget soit en corrélation avec les souhaits. Quelqu’un qui cherche un dernier étage, calme, avec une vue dégagée, un ascenseur, obligatoirement nous mène à un produit un peu hors marché, un peu « exceptionnel », et qui ne sera pas au prix moyen du marché. Par rapport à ce cahier des charges, il y a donc des recherches que l’on ne prend pas parce que l’on sait que l’on n’y arrivera pas. Nous ne sommes pas des magiciens. De plus, un client peut changer d’avis, mais aussi de vie en cours de recherche : changement dans sa vie professionnelle, dans sa vie personnelle… ou changement de projet, tout simplement.

    À vous donc de le faire comprendre au client et le réorienter éventuellement ?

    C. P. : Exactement ! Par exemple, quand on cherche dans le centre de Paris, la majorité des immeubles sont anciens, sans ascenseur… Si l’on cherche un style haussmannien avec parquet et ascenseur dans le Marais ou un loft-atelier dans le 8e arrondissement, ce sera un peu compliqué parce que ce ne sont pas des produits que l’on trouve dans ces endroits. Il faut donc arriver à bien faire comprendre les spécificités de chaque quartier. Nous attachons beaucoup d’importance à bien appréhender l’architecture d’une ville car cela permet de rédiger les bons critères correspondant à la demande de la personne.

    Combien de temps vous faut-il en moyenne pour trouver le bien souhaité ?

    C. P. : Tout dépend des marchés mais en moyenne, c’est trois mois. C’est là que notre rôle de conseil ne se limite pas à la définition du bien, du produit en lui-même, mais porte aussi sur le contexte : quand on est sur un marché à forte demande et avec peu de produits, obligatoirement la recherche peut durer un petit peu plus longtemps. A priori, avec la mesure fiscale sur les plus-values appliquée depuis le 1erseptembre, nous pensons qu’il va y avoir beaucoup plus de produits à la vente.

    Est-ce plus cher que de passer par le circuit classique ?

    C. P. : Obligatoirement puisque vous avez un intermédiaire qu’il faut rémunérer. Mais si vous ramenez ce coût à la notion de temps et d’énergie gagnés… Chez nous, c’est en moyenne de 2,5 %, si nous trouvons via un intermédiaire comme une agence immobilière, à 4,5 %, si cela s’est passé en direct, avec des abattements selon le prix du produit. Et nous sommes rémunérés uniquement au succès.

     

    Note : Cet article tiré de ce très bon blog (http://blog.logic-immo.com/), est excellent si vous débutez "dans le milieu".


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique